Ma langue maternelle

Le plaisir de la langue, c’est de pouvoir la parler sans effort.
Pierre Bourgault 

  

Je suis né en France et ma langue maternelle est le français.
C’est une langue que j’affectionne et que j’aurais aimé utiliser plus souvent, mais évoluant au quotidien dans un milieu anglo-saxon cela s’avère assez difficile.
Étant de plus marié à une slavophone, nous utilisons pour communiquer un langage qui n’est pas notre langue naturelle. C’est une voie pavée d’écueils, dû au fait que l’équivoque est toujours en embuscade au creux du chemin.

De temps en temps, comme un toxicomane en manque, il me faut parler ou écrire en français. N’ayant d’autre interlocuteur valable que mon chat (qui est assez peu loquace il faut le dire) je me vois obligé (pour apaiser ma fringale) d‘écrire dans ma langue maternelle.
Et c’est la raison pour laquelle vous lisez ceci.

Mais cette langue au fil des années est devenue moins amicale que du temps de ma jeunesse. Les mots jadis si faciles ne me viennent plus spontanément à l’esprit comme dans mon enfance.

Étant devenu anglophone par nécessité, je suis souvent obligé d’avoir recours à un dictionnaire bilingue pour retrouver le mot juste en français.

Et il y a aussi les « faux-amis ». Par exemple le mot français « sensible » se traduit par « raisonnable» en anglais, et le mot « sensitive » signifie « sensible » en français.
Très facile de commettre une erreur.

Pour bien parler une langue, il faut savoir écouter. Comme le dit un proverbe russe, « En parlant peu, tu entends davantage. »
Pas bêtes ces Russkoffs !

J’aime aussi le français pour ses traits d’esprit. En voici quelques uns que j’ai glanés récemment :

Ah ! si les hommes voulaient s’aider ! Ah ! si les femmes voulaient céder! Fréderic Dard

On dit d’un accusé qu’il est cuit, quand son avocat n’est pas cru. Pierre DAC.

A part les singes, tous les animaux refusent de faire l’amour face à face. Ils doivent pressentir que le derrière se ride moins vite que le visage. Sim

Mieux vaut être dévoré par les remords dans la forêt de Forbach qu’être dévoré par les morbacs dans la forêt de Francfort. Pierre Desproges

Voila, je me sens nettement mieux. C’est fou ce qu’une cure de français (si brève soit-elle) peut faire pour votre santé mentale.
Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache !

A bientôt mes biquets!

Alain

 

One thought on “Ma langue maternelle”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *